Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

L'Institut national de recherche agronomique (Inra) de Colmar sollicite auprès du ministère de l'Agriculture la poursuite des essais, achevés fin 2009, qu'il mène depuis 2005 sur les 70 plants de vignes Ogm saccagés en septembre dernier, a-t-on appris auprès de l'Institut.


"Des conditions expérimentales strictes sont prévues pour éviter tout risque de dissémination des transgènes : les porte-greffes ne produisent pas de fleurs et les inflorescences du greffon
seront éliminées avant floraison ; une bâche installée dans le sol limitera le développement des racines".(© Viti-net)

La première expérimentation, lancée en 2005, avait officiellement pris fin en décembre 2009 et l'Inra avait déposé un dossier de demande de prolongation, a indiqué à l'Afp Jean Masson, directeur de l'antenne colmarienne de l'Inra. Le 4 avril, le Haut conseil des biotechnologies, instance créée à l'issue du Grenelle de l'environnement, a rendu un avis favorable, a-t-il ajouté.

Selon la procédure, après le feu vert du Haut Conseil, le public est appelé à s'exprimer jusqu'à fin avril sur cet essai via internet (www.ogm.gouv.fr). Il reviendra ensuite au ministre de l'Agriculture de donner son autorisation après accord du ministre chargé de l'Ecologie.

Des bâches installées dans le sol

L'expérimentation colmarienne, qui associe chercheurs, vignerons, syndicats agricoles, enseignants, élus et associations, regroupe 70 plants ceps de vigne transgéniques porteurs de greffe. Il vise à rendre les porte-greffes résistant au court-noué, une maladie virale présente dans la quasi-totalité des régions viticoles du monde où elle provoque la mort des vignes et rend les terres impropres à la viticulture. Aucun traitement efficace contre cette maladie n'existe à ce jour.

 

Le 19 novembre 2009, un militant anti-Ogm avait été condamné par le tribunal correctionnel de Colmar à 2.000 euros d'amende et un euro symbolique de dommages et intérêts pour avoir cisaillé début septembre les 70 ceps. L'Inra a fait appel du jugement. Par ailleurs, le tribunal administratif (TA) de Strasbourg avait déclaré fin septembre la parcelle illégale.

Dans un communiqué diffusé vendredi, le ministère de l'Agriculture précise qu'il prendra en compte les arguments mis en avant par le TA pour qui le ministère n'avait pas été suffisamment exigeant auprès de l'Inra sur ce qu'il adviendrait du matériel après l'essai. Le ministère de l'Agriculture et l'Inra ont fait appel de cette décision. Le résultat de cet appel est attendu pour septembre, selon le ministère.

 

source www.viti-net.com

 

Mon avis: A quoi bon chercher à toujours modifier la nature ... Le Court noué est un problème lorsque l'on cherche la production à tout prix. Il faut savoir vivre avec notre environnement et retrouver des rendements raisonnables.

Partager cette page

Repost 0
Published by

des-gus-degustent.over-blog.com

Rechercher

Liens